Replay du wébinaire Changer le concept et le nom de la schizophrénie

Le CCOMS a organisé vendredi 12 mars, avec le soutien de plusieurs partenaires*, le premier d’une série de trois wébinaires visant à recueillir les opinions et les propositions de changement de concept pour la schizophrénie par l'ensemble des personnes concernées. Cette première édition donnait la parole à Hervé Guillemain, Professeur d'histoire contemporaine à l'Université du Mans, et Steeves Demazeux, Maître de conférences en Philosophie à l'Université Bordeaux-Montaigne. D’un point de vue historique, H. Guillemain a rappelé que la schizophrénie est un échec qui dure, car le concept a été envisagé dès le début comme stigmatisant et non satisfaisant d’un point de vue scientifique. Les racines de la schizophrénie viennent du triptyque mélancolie/fureur/frénésie, remplacé ensuite par la lypémanie et la monomanie, puis par la démence précoce.La prise de recul historique nous renseigne sur le fait que si la schizophrénie a perduré depuis les années 1920, parcequ’elle porte en elle autre chose qu’une catégorie médicale, notamment des fonctions sociales et administratives. La philosophie des sciences nous rappelle, par la voie de S Demazeux, que le problème épistémologique primordial avec la schizophrénie est qu’il s’agit d’une catégorie en manque de validité scientifique. La présentation des définitions et critères de diagnostic de la schizophrénie du DSM et de la CIM, leur stabilité dans les dernières mises à jour, et aussi leurs différences, auront également enrichi la réflexion. Le "cas Simon" démontre ainsi que selon la classification utilisée, une même personne sera considérée schizophrène, ou pas...Les analyses des deux intervenants, rejoignant en cela celles du groupe de travail du CCOMS, convergent sur l’idée que changerle nom sans le concept et l’ensemble de ses dimensions sera insuffisant.  
Les prochains wébinaires auront lieu le 14 avril, de 14h à 16h (Propositions des psychiatres et perspectives  de changements relatifs aux nouvelles classifications) et le 9 juin, de 10h à 12h (Propositions des usagers et des familles).  
Voir le replay du wébinaire ici.
*En partenariat avec l'Association des Jeunes Psychiatres et des Jeunes Addictologues, le CH la Chartreuse, le Collectif Schizophrénie, l’Information Psychiatrique, le Psycom, l'UNAFAM, et avec la participation de membres du Réseau français sur l'entente de voix (REV).

Date: 
Lundi, Mars 15, 2021