L’Inde face à une possible épidémie en santé mentale

 

 

Le président Ram Nath Kovind a déclaré le 30 décembre que l'Inde faisait face à une possible "épidémie de santé mentale" et a souligné la nécessité de fournir un accès aux centres de traitement aux personnes souffrant de troubles mentaux d'ici 2022. Kovind a déclaré qu'en 2022, l'Inde célébrerait le 75ème anniversaire de son indépendance et qu'il faudrait veiller à ce que d'ici là, les personnes souffrant de troubles mentaux graves aient au moins été diagnostiqués et aient accès à des services de soins. 

Constatant que la pénurie de professionnels de la santé mentale était une autre lacune majeure à laquelle le pays doit faire face, Kovind a déclaré qu'il y avait environ 5 000 psychiatres et moins de 2 000 psychologues cliniciens dans le pays. Des chiffres très faibles dans un pays qui compte 1,3 milliards d’habitants.

Le président a déclaré que les résultats de l'enquête sur la santé mentale de l’Institut national de la santé mentale et des neurosciences (NIMHANS) étaient alarmants, car 10 % des Indiens ont un ou plusieurs problèmes de santé mentale. Le nombre d'Indiens souffrant de problèmes de santé mentale est donc plus important que la population totale du Japon, a-t-il ajouté. Outre le traitement conventionnel, le rôle des services de conseil et des pratiques telles que le yoga et le vipassana pour aider les personnes ayant des problèmes de santé mentale devrait également être examiné avec plus de vigueur, a déclaré le président.

Lire l’article.