Actualités nationales

Outre une présence via un stand d’information, le CCOMS/GCS sera représenté à deux reprises au cours du Congrès français de psychiatrie organisé du 29 novembre au 2 décembre à Lyon. Tout d’abord, le jeudi 30 novembre, de 9 h 15 à 10 h 45, dans le cadre de la session thématique "Mon psychiatre parle à sa montre, c’est grave ?", Déborah Sebbane (CCOMS) interviendra sur le thème "Partout, tout le temps, sur tout : quel impact les outils de e-santé auront-ils sur notre santé mentale ? Analyse de l’offre des typologies de dispositifs existants". Ensuite, le samedi 2 décembre, de 14 h à 15 h 30, dans le cadre du forum association, une présentation sera faite sur les « Soins sans consentement en psychiatrie : évolution et disparité des pratiques », présidée par Nicolas Pastour, du CH Charcot. Ici, les trois communications porteront sur : "Evolution des soins sans consentement : quels constats à partir des données ? » (Magali Coldefy, IRDES) ; « Les soins sans consentement en ambulatoire : comment, pourquoi, pour qui ? A propos de l'enquête IDF." (Gilles Vidon, Hôpitaux de Saint Maurice) ; "Hospitalisations sous contrainte : pourquoi de telles différences entre secteurs de psychiatrie ? - Résultats de l'étude HO/SPDRE du CCOMS" (Antoine Baleige, CCOMS).

En attendant l’édition 2017, vous pouvez consulter le retour sur le forum organisé lors de l’édition 2016 et intitulé "Les conseils locaux de Santé Mentale : une innovation internationale ?", présidé par Jean-Luc Roelandt, directeur du CCOMS.

Le Centre collaborateur de l'OMS organise, avec trois Universités (Lille 2, Paris 13, Marseille - AP/HM CHU Sainte marguerite), un Diplôme Inter-Universitaire sur le thème : Santé mentale dans la communauté : étude et applications.

L’objectif principal de ce diplôme est de proposer une formation théorique et pratique à la santé mentale dans la communauté et à ses applications dans les domaines suivants : organisation des services et des soins psychiatriques, promotion et prévention de la santé mentale, lutte contre la stigmatisation et l’exclusion.

L'enseignement se déroule sur 3 fois 5 jours à Paris, Lille et Marseille, entre janvier et juin 2018.

Découvrez ici le programme provisoire de cet enseignement, son organisation, les conditions d'inscription, ou encore les contacts et informations pratiques.  

 

 

La réunion du conseil scientifique et l’Assemblée générale du Groupement de coopération sanitaire ont été accueillies par le Centre hospitalier Charcot de Plaisir (78) le 30 juin dernier. L'occasion de faire le point sur l'actualité du CCOMS : enquêtes SMPG et HO/SDRE, déploiement du Programme de l’OMS pour l’évaluation de la qualité et du respect des droits, révision du chapitre des troubles mentaux et du comportement de la Classification Internationale des Maladies, projet de recherche sur les comorbidités associées aux troubles de santé mentale, EQUME, centre de ressources CLSM,  projet ARPA (Améliorer les Réseaux de Professionnels pour la Santé Mentale des Personnes Agées atteintes de Troubles Psychiques en Europe)...

Egalement, divers projets de nouvelles recherches ont été détaillés, parmi lesquelles un projet sur l’évaluation des programmes de soins ambulatoires sous contrainte ou encore le burn-out des personnels de la psychiatrie.  

 

 

 

14 mars 2017, Paris : Journée d'étude européenne du CCOMS : "Contrainte et liberté en psychiatrie : des expériences, des résultats"

Regardez la journée sur Youtube (accédez au programme clicable de la journée par intervention dans le descriptif).

Le Centre Collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale et le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales a organisé une journée d’étude européenne sur la contrainte en psychiatrie. L’objectif de cette rencontre était d’enrichir les réflexions françaises d’expériences européennes et de lancer la réflexion autour de la création d’un observatoire national de la contrainte en psychiatrie. Plusieurs intervenants européens, porteurs d’innovations dans ce domaine ont témoigné de leurs pratiques et ont partagé leurs réflexions.

Télécharger les présentations : 

● Table Ronde 1 : Bilan des privations de liberté en France et en Europe

Consultez la synthèse de la TR1

Président : Gilles Vidon, psychiatre, chef de pôle, Hôpitaux de Saint-Maurice - CCOMS-GCS

- Magali Coldefy, maître de recherche, Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) et Coralie Gandré, ingénieur de recherche, équipe ECEVE, INSERM UMR 1123 – « Etat des lieux de la contrainte en France » (FR)
- Anu Putkonen, psychiatre, Hôpital Niuvanniemi – « Impact de la loi sur les pratiques en Finlande » (EN) - Etude qualitative (FR)
- Jolijn Santegoeds, co-présidente du World network of users and survivors of psychiatry (WNUSP), administrateur de l’European network of (ex-) users and survivors of psychiatry (ENUSP) et Fondatrice de Mind rights, Pays-Bas – « Position des usagers et ex usagers concernant la contrainte en Europe » (EN)

● Table Ronde 2 : Les soins sans contrainte

Consultez la synthèse de la TR2

Président : Ron Coleman, directeur de Working to recovery, Royaume-Uni

- Giulio Castelpietra, psychiatre, Italian Collaborating Centre for the WHO Family of International Classifications, et Giulio Mastrovito, psychiatre, service de santé mentale et centre collaborateur OMS pour la recherche et la formation en santé mentale, Trieste,– « La liberté est thérapeutique à Trieste - Italie » (FR)
- Mathilde Labey, psychiatre, et Corinne Noël, médiatrice de santé pair, EPSM Lille métropole – « Politique d’organisation d’un pôle de psychiatrie intégré dans la cité - France » (FR)
- Páll Matthíasson, président-directeur général de l’Hôpital universitaire national – « Mise en place de l’interdiction de la contention en Islande » (FR)

● Table Ronde 3 : Vers une modification des pratiques

Consultez la synthèse de la TR3

Président : Gilles Moullec, directeur du CH Edouard Toulouse, Marseille - CCOMS-GCS

-  Padraig O’Beirne, Directeur des soins infirmiers, Cavan Monaghan Mental Heath – « Vers une abolition de la contrainte : la dynamique en Irlande »
-  Roselyne Touroude, vice-présidente de l’Union Nationale de Familles et amis de Personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM) – « Identification des bonnes pratiques en France »

● Table Ronde 4 : Propositions pour un observatoire national de la contrainte et des libertés en psychiatrie ?

Consultez la synthèse de la TR4

      Président : Nicolas Pastour, psychiatre, CH Charcot, CCOMS-GCS
- Rachel Bocher, présidente de l'Intersyndicat national des praticiens hospitaliers, psychiatre, chef de service au CHRU de Nantes
- Philippe Guérard, président d’Advocacy France
- Luce Legendre, directrice du Groupe public de santé Perray Vaucluse, secrétaire générale du GHT Paris-psychiatrie & neurosciences, représentant l’Association des établissements participant au service public de santé mentale (ADESM)
- Alain Monnier, référent UNAFAM des Commissions départementales des soins psychiatriques (CDSP)
- Bernard Odier, président de la Fédération française de psychiatrie
- Denys Robiliard, député du Loir et Cher 
 

Programme

Draft program in english

 

Le CCOMS a animé le 24 novembre, dans le cadre du Congrès français de psychiatrie, un débat intitulé "Pour contre les médiateurs de santé pairs", avec les interventions du Dr Jean-Luc Roelandt, Directeur du CCOMS, de Bernard Durand, Président Fédération d'Aide à la Santé Mentale Croix Marine et Yves Bancelin, médiateur de santé pair à Marseille.

Demandé à Michel Laforcade, directeur de l’ARS Aquitaine, par Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits de femmes, le 27 novembre 2014, le Rapport relatif à la santé mentale, remis à la ministre le 10 octobre, est le fruit de nombreuses auditions des acteurs du secteur et de nombreuses visites sur le terrain, notamment du CCOMS et du secteur de psychiatrie communautaire situé à l’Est de Lille. Ces dernières années, de nombreux rapports sur la santé mentale et la psychiatrie ont présenté des constats étayés et proposé des recommandations souvent convergentes. Il ne s’agit donc pas pour l’essentiel d’en inventer de nouveaux mais plutôt d’élaborer dans ce document des réponses concrètes permettant d’accompagner la mise en œuvre de la loi de modernisation de notre système de santé. La question n’est pas tant de redire dans quel sens doit évoluer le système de santé que de proposer comment y parvenir, avec quels leviers, quelles alliances, quelles coopérations entre acteurs, quelles méthodes et quels moyens.

Consulter le rapport ici.

Chaque année, le Centre collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale de Lille produit pour l’OMS un bilan d’activité où il rend compte de l’état d’avancement de la mise en œuvre de son programme pluriannuel.

Cette année, à l’occasion des 40 ans du centre, le CCOMS a souhaité rendre plus accessible ce bilan à l’aide d’un document synthétique où figurent uniquement les faits marquants de l’année écoulée, en sortant du cadre institutionnel du traditionnel « rapport OMS ». L’activité du centre est à la fois riche et passionnante. Elle s’inscrit pleinement dans ce qui fait l’actualité de la psychiatrie en France, du développement de la santé mentale communautaire aux articles portant sur la psychiatrie de la récente loi de modernisation de notre système de santé, en passant par les questionnements légitimes autour de la contention et de l’isolement, notions sur lesquelles le point de vue de l’OMS peut être très éclairant.

2015 : les points-clé de l’activité du CCOMS.

Dans son rapport d'évaluation Plan psychiatrie-santé mentale 2011-2015, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) formule 64 recommandations pour améliorer l'accès et la continuité des soins des personnes vivant avec des troubles psychiques. Le CCOMS y est cité à plusieurs reprises, notamment concernant l’enquête SMPG (p. 96), les médiateurs de santé pairs (p. 135), ou encore les Conseils Locaux de Santé Mentale (CLSM) plusieurs fois valorisés (p. 84, 144, 147) : « Les CLSM sont plébiscités tant par les professionnels de santé mentale que par les usagers » ; « Soutenir le développement des CLSM, en les positionnant comme un outil de gouvernance partagé et démocratique des politiques locales de santé mentale et en assurant le financement de postes de coordonnateur des CLSM (ARS - collectivité territoriale). » ; etc. A noter également, l’évaluation du programme national d’actions contre le suicide 2011-2014 également réalisée par le HCSP. 

Le CCOMS a organisé, vendredi 29 janvier après-midi à Hellemmes, devant une quarantaine de personnes, une conférence donnée par Paul Morin, précurseur en matière d'empowerment des personnes utilisatrices des services de santé mentale, et titrée "La voix des usagers des services de santé mentale au Québec : une reconnaissance mais à quel prix ?". S'en est suivie une intéressante table-ronde avec les représentants d'usagers, Claude Ethuin (Nord mentalités) et Vincent Demassiet (Réseau français sur l'entente de voix), ainsi que Corinne Noel (médiatrice de santé pair, EPSM Lille-métropole).

Découvrez la vidéo de la première partie (la conférence) : durée d’1 heure environ, film en 3 parties. 

 

A lire, l'article publié dans La Croix du 5 février sur les médiateurs de santé pairs, expérimentation nationale menée par le CCOMS.

 

Pages