Actualités internationales

Le second Forum EU Compass, financé par la Commission Européenne, s'est tenu à Luxembourg les 8 et 9 juin 2017. Il a permis de réunir et de favoriser les échanges entre décideurs politiques, représentants des ministères, ONG, usagers, aidants et professionnels, employeurs et secteur privé, et instituts de recherche, le tout au niveau européen. L'objectif était de discuter des recommandations pour les politiques de santé, de présenter des exemples de bonnes pratiques qui alimenteront la base de données du Compass et de proposer des actions concrètes pour améliorer la prise en charge de la santé mentale en Europe. Cette année, les contributions portaient sur la santé mentale au travail, la santé mentale dans les écoles et la prévention du suicide. Jean-Luc Roelandt, directeur du CCOMS, était présent pour prendre part aux discussions.

Le prochain forum se déroulera les 8 et 9 février 2018 à Luxembourg sur les thèmes : la construction d'approches intégrées pour la gouvernance et la fourniture de services communautaires de santé mentale.

Consultez les vidéos des interventions du Forum sur le site du projet, et en particulier celle de Jean-Baptiste Rouffet, de la DGS, sur le travail en commun réalisé entre le ministère de la Santé et l’Education nationale

A lire, la brochure sur les bonnes pratiques issue de ce projet, dans laquelle figurent deux fiches de bonnes pratiques du CCOMS.

Consultez le rapport d’activité 2017 d’EU Compass reprenant les discussions et conclusions du forum.

 
Malgré le fait que le taux de suicide ait diminué ces dix dernières années, celui chez les adolescents et les jeunes adultes reste élevé, et est même une des principales causes de décès chez les 15-29 ans. Suite à une étude menée par une équipe suédoise sur 548 000 enfants, il a été démontré que certains indicateurs sont associés à un risque doublé de suicide*. Pour les auteurs de la recherche, les expériences difficiles subies durant l’enfance peuvent augmenter les risques de conduites impulsives et destructrices. Pour lutter contre cela, l’identification des facteurs de risques est très importante pour pouvoir mettre en place des actions de prévention.
*Voir les références de l’article.

 

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles l'activité physique est bonne pour notre corps, et elle l’est également pour la santé mentale et le bien-être. La Mental Health Foundation liste sur son site web à la fois les bénéfices de l’activité physique sur la santé mentale et son impact sur l’humeur, le bien-être, le stress, l’estime de soi, la démence et le déclin cognitif chez les personnes âgées, et aussi de bons conseils pour s’y (re)mettre.

Elle propose en outre une intéressante bibliographie sur le sujet, intégrant notamment les recommandations de l’OMS en la matière mais aussi cette étude allemande qui a évalué l’humeur de personnes immédiatement après des périodes d'activité physique (promenade, faire des tâches ménagères…) et des périodes d'inactivité (lire un livre, regarder la TV…). Les chercheurs ont constaté que les participants se sentaient mieux, plus éveillés et plus calmes après une activité physique. Ils ont également constaté que l'effet de l'activité physique sur l'humeur était plus important lorsque l'humeur n’était initialement pas bonne.

Voir les ressources ici.

Rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la santé a récemment présenté son rapport sur la santé mentale des pays membres du Conseil des droits de l'homme. Le rapport fournit un cadre et une feuille de route importants pour une santé mentale qui répond aux besoins des gens, respecte leurs droits et garantit la dignité de chaque personne.  L'Organisation mondiale de la santé s'est engagée à répondre à l'appel aux États Membres formulé dans le rapport pour qu'ils sollicitent une assistance technique via le programme QualityRights de l'OMS afin de promouvoir l'accès à une santé mentale de qualité et le respect des droits des personnes ayant des troubles de santé mentale.

Téléchargez le rapport ici.

L’OMS a publié le 17 mai le « World Health Statistics 2017 compiles data on 21 health-related Sustainable Development ». Ce document est la compilation des statistiques annuelles pour les 194 Etats membres de l’OMS. Ces statistiques rassemblent des données sur 21 cibles de santé axées sur des objectifs de développement durable en lien avec la santé, ainsi que des données sur l’espérance de vie. La cible 3.4 a pour objectif de réduire d’un tiers, d’ici à 2030, par la prévention et le traitement, le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles et promouvoir la santé mentale et le bien-être. Sont directement concernés ici, les presque 800 000 décès par suicide en 2015, avec le taux le plus élevé dans la Région européenne de l’OMS (14,1 pour 100 000 habitants) et le plus faible dans la Région OMS de la Méditerranée orientale (3,8 pour 100 000 habitants).

Lire le communiqué de presse.

Consulter le document (en anglais).

L'OMS a publié dans sa newsletter un article sur les Semaines d'information sur la santé mentale en France (SISM).
Le CCOMS y est cité...
 

Le Programme sur la santé mentale du Forum économique mondial vient de publier un guide pour la santé mentale au travail. 

Ce guide en sept étapes a été produit par des experts du monde entier provenant du secteur des affaires, du milieu universitaire et de la santé mentale. 
 

Commandé par le gouvernement écossais, le rapport produit par la Fondation pour la santé mentale se penche sur les succès et les défis du système actuel de santé mentale en Ecosse, mettant l'accent sur l'expérience de personnes qui utilisent les services, les familles et les soignants, les praticiens et les parties prenantes.

Télécharger le document ici.

Le Plan d'action en santé mentale 2015-2020 du Québec s’inscrit dans la continuité du précédent tout en mobilisant le réseau de la santé et des services sociaux et ses partenaires en vue de « faire ensemble et autrement », en offrant des soins de qualité, mais aussi en travaillant à abattre les frontières entre les services et les obstacles à l’accès.

Téléchargez le document ici.

"Caring for People with Psychosis and Schizophrenia" is a free online course proposed by the King's College London.

Discover the program here...

Pages